Femme adultere albert camus

Ce roman nous fait nous évader parce qu’il représente une évasion d’un lieu où personne ne peut normalement s’échapper.

Il y a aussi un évasion grâce au pouvoir de l’argent : le comte est très riche et peut tout s’acheter, le lecteur ressent une libération par procuration, parce qu’il lit l’histoire d’un homme qui peut tout se permettre grâce à son argent.

Cela donne un aspect plus ordinaire au personnage, mais cela apprend au lecteur à voir des réalités vraisemblables qu’il ne connaît pas.

Nous étudierons le texte B du corpus, extrait des de Steinbeck.

Des noms précis de lieux réels sont cités (« Saint Baudille » x2, « Mens »), et l’emploi du passé composé a une fonction descriptive : il s’agit de montrer des événements communs de la vie de tous les jours.

De plus, le portrait ne vient que très tard dans l’extrait : on décrit d’abord l’environnement de Mme Tim avant d’en venir à elle.

Ici, avant son portrait, c’est le fait qu’elle est grand-mère, qu’elle aime les fêtes qui compte, parce que cela montre comment elle réagit face à son environnement.

Cependant les lecteurs veulent aussi voir des romans qui présentent des personnages réalistes, car si l’extraordinaire permet de voyager, le réalisme permet d’apprendre et de comprendre le monde qui nous entoure.

Le texte C du corpus, , de Giono, montre un exemple de personnage réaliste.

En effet, l’extrait est un souvenir, qui pourrait donc être complètement déformé par le temps.

La description qui est faite est pourtant réaliste, ce qui donne une impression de vraisemblance.La question sous-jacente est donc de savoir comment, pourquoi et en quelles circonstances le personnage peut ne pas être extraordinaire.

kumoq.moskva-rynok.ru

78 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>